La flexibilité dans le travail est-elle synonyme de liberté ?

Future of work
September 2, 2022

Le monde du travail évolue, et bien plus vite que prévu. En démontre l’étude “État des lieux du travail hybride en 2022” d’Owllabs, où pour les 45% des salariés interrogés ayant changé de travail ou cherchant activement à changer, la flexibilité du temps de travail est la première priorité.

Ce que nous appelions le Future of Work il y a quelques années est déjà largement d’actualité. Bien sûr, la crise sanitaire a donné un sacré coup de fouet à cette mutation, forçant les entreprises à adapter leurs méthodes de travail. Agilité, adaptabilité ou encore liberté… Qu’est-ce qui pousse entreprises et salariés à se diriger vers le travail flexible ?

Qu’est-ce que la flexibilité du travail ?

Nous pouvons définir le travail flexible simplement : dans le cadre du travail, la flexibilité renvoie à l’ensemble des dispositions permettant d’assouplir les règles autour du temps de travail et la manière dont il est organisé.

Cette notion de flexibilité peut englober un nombre important de types d’organisations du travail, tant il en existe. Nous allons ici en détailler quatre :

  • La flexibilité des horaires : fini le 9h-17h tous les jours. Le salarié peut gérer plus librement ses horaires de travail et donc ses journées. C’est aussi la possibilité d’effectuer sa semaine en seulement 4 jours !
  • La flexibilité géographique : c’est le principe du “travaillez d’où vous voulez” ou encore du “work from anywhere”. Depuis la maison, le bureau ou l’étranger, il est plus facile de faire coïncider ses habitudes professionnelles et personnelles.
  • La flexibilité au bureau : le flex-office est une pratique maintenant bien connue, où les salariés d'une entreprise n'ont pas de poste de travail attitré. Les collaborateurs se rendent au bureau et choisissent une place libre, non utilisée par un de leurs collègues. Cette flexibilité permet autant d’économiser des coûts pour l’entreprise, que de favoriser les échanges entre les équipes.
  • La flexibilité de charge de travail : c’est par exemple le cas des contrats à temps partiel, plutôt qu’à temps-plein. Ils permettent à certaines personnes de mieux équilibrer leur vie professionnelle et leur vie personnelle. En effet, avec des contrats à plus petits volumes horaires, il est possible de libérer plus de moments dans sa semaine, selon ses besoins et son organisation.

Certaines entreprises sont innovantes en la matière et ont fait de cette grande flexibilité du travail, un atout principal de leur marque employeur, leur permettant de recruter les meilleurs talents. C’est notamment le cas de Ledger, qui a choisi de s’associer avec Deskare, pour leur gestion du télétravail et du flex-office. Chez eux, les employés doivent se rendre deux jours par semaine au bureau, que ce soit à Londres, Paris, Portland, Genève ou Singapour. Pour le reste du temps, ils sont libres de travailler d’où ils veulent. Ledger a l’ambition de créer une forte culture d’entreprise, en donnant le plus de liberté possible à ses salariés. Aujourd’hui, c’est une clé indispensable sur le marché du travail pour favoriser les embauches.

Les avantages du travail flexible

Si les nouvelles façons de travailler sont bien encadrées par les entreprises, alors les avantages du travail flexible sont souvent multiples et synonymes d’une plus grande liberté. En bref, organiser sa semaine comme souhaité, permet une meilleure adaptabilité face aux contraintes de la vie de tous les jours.

Les barrières géographiques étant repoussées, la flexibilité dans le travail ouvre le champ des possibles. Le télétravail est un bon outil pour recruter ses salariés au-delà des grandes villes, où se trouvent souvent les locaux des entreprises. Il est ainsi plus facile d’attirer les meilleurs talents d’un pays tout entier, voire même à travers le monde ! C’est d’ailleurs la politique en place chez Swapcard, qui embauche à l’international et arrive à maintenir sa culture d’entreprise avec des équipes dispersées et travaillant parfois sur des fuseaux horaires différents.

Il est également intéressant de noter qu’un salarié est globalement plus productif en télétravail. Un utilisateur de Deskare s’est d’ailleurs confié sur sa productivité en travail hybride :

“Le télétravail me permet de rester concentré plus longtemps, surtout sur des tâches nécessitant du calme, sans avoir à gérer les distractions du bureau !”

Selon le Baromètre Télétravail 2021 de Malakoff Humanis, les managers reconnaissent au télétravail :

  • une plus grande autonomie (51 %),
  • une diminution des absences (35 %)
  • et une meilleure satisfaction des salariés (33 %).

Outre la flexibilité externe, responsabiliser les collaborateurs en leur donnant plus de libertés, peut alors représenter un levier intéressant pour augmenter la productivité, fidéliser ses équipes et faire varier le quotidien.

Les limites du travail flexible

Si l’organisation du travail flexible est une bonne option dans de nombreux cas, elle nécessite tout de même un encadrement, afin d’éviter les abus, notamment envers le droit du travail. Ce peut se faire au niveau du contrat de travail, en CDD ou en CDI. Pour les employeurs comme pour les salariés, des situations montrent que la flexibilité, si mal encadrée, peut engendrer un certain nombre d’obstacles, pouvant même gommer ses avantages.

Les limites de la flexibilité pour les employés :

  • Des difficultés à se déconnecter et un risque de surmenage : avec de longues heures de travail à domicile, certains salariés peuvent avoir plus du mal à bien mettre en place leur droit à la déconnexion. La durée du travail peut s’allonger et les heures supplémentaires s’accumuler. La charge mentale devient alors beaucoup plus difficilement supportable.
  • Une frontière entre vie personnelle et vie professionnelle fragilisée : en cas d’heures de travail flexibles, il est important de fixer des règles de disponibilité. Ainsi, les situations où en échange de flexibilité en faveur de la vie personnelle, l’employeur sollicite ses collaborateurs à toute heure, sont évitées. L’encadrement des horaires de façon claire, vient ici limiter ces abus.

Les limites de la flexibilité des entreprises :

  • Un management mis à rude épreuve : il peut parfois être compliqué de coordonner ses équipes et freelances quand ils ne travaillent pas tous en même temps au bureau. Ces nouvelles organisations du travail, peuvent être atypiques et difficiles à gérer au premier abord. Heureusement, des solutions existent, comme des logiciels permettant le travail asynchrone, ou encore des outils de communication à distance.
  • Des difficultés dans la gestion de la continuité du service : les clients s’attendent à une grande disponibilité, notamment aux horaires conventionnels. Il est donc important de créer un cadre, permettant de conserver une bonne relation avec sa clientèle et ses prospects. Cela peut passer par la gestion des horaires de travail de ses équipes en présentiel ou en télétravail.

La flexibilité au travail, une garantie de liberté pour les salariés ?

Sur le papier, tout semble idéal et le travail flexible représenterait plutôt un eldorado de liberté. Cependant, il ne suffit pas, par exemple, de pouvoir travailler huit heures par jour de chez soi, pour être épanoui grâce au travail flexible. La notion la plus importante est la liberté accordée.

Une utilisatrice de notre logiciel, nous confiait récemment que comme beaucoup de Français, elle est obligée de télétravailler, par manque de places au bureau. Le fait de se sentir parfois loin de ses collègues est une problématique pour elle :

“Ne pas avoir la possibilité de venir au bureau et de voir mes collègues tous les jours, a été très compliqué pour moi à gérer.”

Il ne suffirait donc pas de mettre en place et d’imposer de la flexibilité au travail pour satisfaire ses collaborateurs. Être à l’écoute, agir en toute transparence et faire preuve de pédagogie est un bon début. La flexibilité doit se faire ressentir dans les deux sens.

Des outils pour faciliter la gestion de la flexibilité au sein des entreprises

Fondamentale, la notion de choix est clé pour que la mutation des règles qui encadrent les salariés, soit signe de liberté. Le rôle de l’entreprise, via ses managers, est alors de laisser la possibilité à ses équipes d’être flexibles et d’ajuster ses horaires ou lieux de travail si besoin. Cela ne veut pas non plus signifier que c’est au collaborateur de tout décider. Il est important que l’entreprise pose un cadre dans lequel les salariés seront libres de faire leurs choix en fonction de ce qui leur convient le mieux pour atteindre leurs objectifs.

Pour aider les entreprises, il existe des outils comme les SIRH, les logiciels de communication interne, les solutions de travail collaboratif, mais aussi notre app Deskare qui permet de faciliter l’organisation du flex-office et du télétravail ! Nous accompagnons les entreprises, de la startup au grand groupe, en leur proposant une gestion optimisée et simplifiée de leurs espaces, tout en respectant leurs politiques internes, notamment leur charte de télétravail !

Avec toutes ces différentes mesures et formes de travail, quel est l’avenir pour le présentiel et les bureaux ?